Le bataillon de marche du 99e régiment d'infanterie

Page d'accueil

La création du bataillon de Marche

1) La Picardie
2) La Champagne
3) Les Eparges
4) Les 2/3 des effectifs passent au 67e R.I.
5) La reconstitution
6) Le secteur devant Saint-Mihiel
7) Retour aux Eparges et la transformation en 3e bataillon du 328e R.I.

Conclusion

Le bataillon de marche du 99e régiment d'infanterie est formé le 3 février 1915 à Meximieux dans l'Ain, près du camp de la Valbonne.
Ce type d'unité a été créée suite à une décision ministérielle du 25 janvier 1915 prévoyant la constitution de 40 bataillons de marche en France, soit 2 par Région Militaire. Cette volonté fait suite à la crise des effectifs qui se fait déjà sentir et à l'obstination de l'état-major d'employer le maximum de troupes au front afin de s'assurer de la supériorité numérique. Ces bataillons sont composés de recrues, de soldats encore dans les dépôts et de blessés rdevenus disponibles.

La liste des bataillons de marche

BM 1er R.I. (Saint-Yrieix) 1ère région militaire renfort 4ème armée  
BM 6e R.I. (Saintes) 18ème région militaire renfort Corps Expéditionnaire d'Orient  
BM 16e R.I. (Montbrison) 13ème région militaire renfort 2ème armée devient 3e bataillon du 201e R.I.
BM 23e R.I. (Bourg-en-Bresse) 7ème région militaire renfort Détachement d'Armée des Vosges  
BM 24e R.I. (Bernay) 3ème région militaire renfort 8ème armée  
BM 28e R.I. (Evreux) 3ème région militaire renfort 8ème armée  
BM 33e R.I. (Cognac) 1ère région militaire renfort 4ème armée  
BM 43e R.I. (Limoges) 1ère région militaire renfort 4ème armée  
BM 47e R.I. (Saint-Malo) 10ème région militaire renfort 2ème armée  
BM 54e R.I. (Laval) 2ème région militaire renfort 4ème corps d'armée  
BM 63e R.I. (Limoges) 12ème région militaire renfort 1ère armée  
BM 71e R.I. (Saint-Brieuc) 10ème région militaire renfort 2ème armée devient 3e bataillon du 272e R.I.
BM 82e R.I. (Montargis) 5ème région militaire renfort 8ème armée  
BM 92e R.I. (Clermont-Ferrand) 13ème région militaire renfort 2ème armée  
BM 97e R.I. (Chambéry) 14ème région militaire renfort 2ème armée réparti dans la 28ème D.I.
BM 99e R.I. (Vienne & Lyon) 14ème région militaire renfort 2ème armée devient 3e batallon du 328e R.I.
BM 101e R.I. (Dreux) 4ème région militaire renfort 4ème corps d'armée  
BM 103e R.I. (Alençon) 4ème région militaire renfort 4ème corps d'armée  
BM 105e R.I. (Riom) 13ème région militaire renfort Corps Expéditionnaire d'Orient  
BM 107e R.I. (Angoulême) 12ème région militaire renfort 1ère armée  
BM 108e R.I. (Bergerac) 12ème région militaire renfort 1ère armée  
BM 110e R.I. (Sarlat) 1ère région militaire renfort 4ème armée devient 3e bataillon du 342e R.I.
BM 126e R.I. (Brive) 12ème région militaire renfort 4ème armée  
BM 140e R.I. (Grenoble) 14ème région militaire renfort Corps Expéditionnaire d'Orient  
BM 164e R.I. (Verdun) 6ème région militaire renfort 72e D.I.  
BM 166e R.I. (Verdun) 6ème région militaire renfort 132e D.I.  
BM 167e R.I. (Toul) 20ème région militaire renfort 8ème armée  
BM 171e R.I. (Belfort) 7ème région militaire renfort 1ère armée  

Le bataillon de marche du 99e R.I. s'articule comme un bataillon d'infanterie classique mais de type réserve, c'est-à-dire, à 3 officiers par compagnie.

Fonction
Officiers
Origine
Itinéraire
Chef du bataillon de marche Commandant DU PAC-MARSOLIES 99e R.I. ancien blessé
Chargé des détails (administration) Sous-lieutenant CAPPELI 109e R.I.T. dépôt
Service de santé Médecin aide-major de 2e classe COUTISSON 4e R.G. dépôt
Adjoint Médecin auxiliaire (sous-officier) GAY 3e R.M.Z. dépôt
Personnel état-major du bataillon : 8 sous-officiers, 5 caporaux et 36 soldats
Chef de la 13e compagnie Capitaine DRYJARD DES GARNIER 159e R.I. ancien blessé
13e compagnie Sous-lieutenant RICARD 109e R.I.T. dépôt
13e compagnie Sous-lieutenant CHABILLON 109e R.I.T. dépôt
Personnel 13e compagnie : 13 sous-officiers, 17 caporaux et 218 soldats
Chef de la 14e compagnie Capitaine TURQUET 22e R.I. dépôt
14e compagnie Lieutenant VUILLARD 22e R.I. dépôt
14e compagnie Sous-lieutenant MENISSIER 22e R.I. ancien blessé
Personnel 14e compagnie : 13 sous-officiers, 16 caporaux et 226 soldats
Chef de la 15e compagnie Capitaine TOMBELLE 157e R.I. dépôt
15e compagnie Lieutenant JEAN 157e R.I. dépôt
15e compagnie Sous-lieutenant AYE 157e R.I. dépôt
Personnel 15e compagnie : 13 sous-officiers, 16 sous-officiers et 219 soldats
Chef de la 16e compagnie Capitaine UTENWEILER 159e R.I. dépôt
16e compagnie Lieutenant ROZIER 159e R.I. dépôt
16e compagnie Sous-lieutenant HECK 159e R.I. dépôt
Personnel 16e compagnie : 13 sous-officiers, 16 caporaux et 221 soldats
Effectif total : 15 officiers, 60 sous-officiers, 70 caporaux et 986 soldats, total 1051 (14 chevaux de selle, 34 chevaux de trait)

1) La Picardie

Du 5 au 10 février 1915, le BM reste au camp de la Valbonne pour s'organiser. Le 10, il embarque en chemin de fer et débarque à Villers-Bretonnaux (Somme) le 11 février. Il fait partie de la 2e armée et du 14e corps d'armée. Le 13 février, le BM s'approche des lignes et s'installe à Warfusée-Abancourt avec le BM du 92e R.I. avec lequel il forme un régiment provisoire. Le 16, le BM part à Morcourt.
A partir de cette date, le BM fait des exercices et des marches afin d'éprouver les recrues et les blessés à nouveau valides.
Le 3 mars, des ordres venant de la 27e D.I. prescrivent aux 2 BM de monter en lignes, mais des contre-ordres maintiennent les troupes en place. Ce n'est que dans la nuit du 6 au 7 mars 1915 que le BM du 99e R.I. relève 2 compagnies du 75e R.I. et 2 autres du 140e R.I. dans le secteur de Lihons. la nuit précédente, une section (60 hommes) de la 16e compagnie avait perdu tout son équipement dans l'incendie de ses cantonnements.
Le secteur est calme et les soldats gaspillent leurs cartouches (Anselme CHARRPENEL). Dans la nuit du 11 au 12 mars, après 5 jours de tranchées, le BM du 99e R.I. est relevé et se rend à Harbonnières, puis à Morcourt et Wiencourt. Pendant ce séjour, 5 soldats ont été blessés dont un de nos témoins, Anselme CHARPENEL de la 15e compagnie, blessé par une "bombe à tringles" la nuit même de la relève.
Le 18 mars, le BM est envoyé à la 56e brigade comme renfort, les 13e et 14e compagnies vont remplacées 2 compagnies du 3e régiment de marche du 1er étranger à Frise après un passage par Cappy.
Le 20 mars, le premier tué du BM du 99e RI est le soldat Sylvain BLANC-MAPPAZ de la 14e compagnie. Pendant ce temps, les 15e et 16e compagnies font des exercices de tir.
Dans la nuit du 21 au 22 mars, les 2 compagnies reviennent des tranchées.
Le 23 mars, le BM du 99e RI quitte la Somme et s'embarque en chemin de fer à Marcelcave et arrive à Oiry-Mareuil dans la Marne.

2) La Champagne

D'après une note, les BM des 1er et 110e R.I. sont affectés à la 4e armée et au 1er C.A., rejoints par les BM des 99e et 108e R.I. Le 24 mars, le BM du 99e R.I. s'installe à Avize.
Dès le 26 mars, la dissolution est envisagée par le versement des soldats aux 1er, 8e, 33e et 73e R.I. rudement éprouvés dans les batailles de Champagne. Mais, le lendemain, la rumeur est démentie. Le BM va dans un petit village perdu dans la campagne champenoise, à Soudron par Chaintrix. Par la suite, le BM va faire des manoeuvres et des exercices dans les environs avec les BM des 16e et 71e RI.

3) Les Eparges

Le 20 avril, les BM des 16e, 71e et 99e RI s'embarquent à Sommesous par le train et arrive à Dugny dans la Meuse. Le BM du 99e RI se rend à Dieue puis aux Petits-Monthairons le 21 avril 1915. Les 3 BM sont mis à la disposition du 6e C.A. Le 24 avril, 2 officiers passent au 67e R.I. (capitaine TOMBELLE de la 15e et le lieutenant VUILLARD de la 14e).
Le 26 avril, le BM s'approche des combats des Eparges et arrive à la ferme d'Amblonville en renfort de la 12e D.I. Le lendemain, après une halte à la lisière du bois de la Châtelaine, le BM va relever des éléments des 67e et 87e R.I. : les 15e et 16e compagnies au carrefour des Eparges, les 13e et 14 les tranchées du Calvaire. La mission du BM est pûrement défensive, approfondir les tranchées, aménager les parapets et créer des défenses accessoires, les pertes augmentent très rapidement, ce n'est plus le calme de la Picardie mais les terribles bombardement des Eparges bien que les grandes attaques aient cessées depuis le 9 avril 1915. Le BM reste en deuxièmes lignes.
Notre seul témoin, Anselme CHARPENEL, retrace ce baptême du feu : "(...) les boches bombardent tout le long de notre route ; un obus vient de faire sauter un camarade (le soldat LASJAUNIAS, de la 15e compagnie où est aussi Anselme) à 10 mètres, il est mort. Journée mémorable pour la première de combat, 6 journées se passent ainsi.

Haut de la page

4) Les 2/3 des effectifs passent au 67e R.I.

Le 1er mai 1915, un ordre venant du 6e C.A. ordonne de recompléter au plus vite les effectifs des 54e, 67e et 106e R.I. qui ont été éprouvés aux Eparges. Pour ce faire, des hommes vont être prélevés sur les BM des 16e, 71e et 99e R.I. jusqu'aux 2/3 des troupes disponibles :
BM 16e R.I. (Montbrison) pour le 54e R.I. (Compiègne)
BM 71e R.I. (Saint-Brieuc) pour le 106e R.I. (Châlons-sur-Marne)
BM 99e R.I. (Vienne & Lyon) pour le 67e R.I. (Soissons)
6 officiers sur 15, 15 sous-officiers sur 52 et 594 caporaux et soldats sur 945 vont passer au 67e R.I.
Capitaines TURQUET (14e), UTENWEILER (16e)
Sous-lieutenants RICARD (13e), CHABILLON (13e), AYE (15e), HECK (16e)
3 adjudants (13e, 15e, 16e), 1 aspirant (14e), 2 sergents-majors (13e, 15e), 4 sergents des 13e et 14e, 5 sergents des 15e et 16e, 2 caporaux-fourriers (14e, 16e)
8 caporaux par compagnie
140 soldats par compagnie

5) La reconstitution du BM

Le 2 mai, le BM réduit à un peu plus d'une compagnie rejoint les Petits-Monthairons puis à Récourt-le-Creux le 3. Des nominations sont rapidement nommées, 5 adjudants, 4 sergents-majors, 13 sergents, 2 caporaux-fourriers et 22 caporaux. Le 7 mai, 700 homes des BM du 16e, 71e et 99e sont priés d'aller faire des travaux vers la ferme d'Amblonville. Il ne reste que quelques comptables et les états-majors à Récourt. Les travailleurs rentreront le 18 mai. Des renforts arrivent :
2 officiers le 10 mai
2 officiers, 6 sergents, 11 caporaux et 432 soldats le 21 mai
3 officiers, 6 sous-officiers, 17 caporaux et 315 soldats le 24 mai

Fonction
Officiers
Origine
Statut
Chef du bataillon Commandant Henri DU PAC-MARSOLIES 99e R.I. Réserve
Chargé des détails (administration) Sous-lieutenant Antoine CAPPELI 109e R.I.T. Territoriale
Chef du service médicale Médecin aide-major de 2e classe Antoine COUTISSON 4e R.G. Réserve
Personnel état-major diu bataillon : 2 adjudants, 1 médecin auxiliaire, 5 sergents (adjoint de cavalerie, artificier, chef du train), 4 caporaux et 30 soldats ( total = 42)
Chef de la 13e compagnie Capitaine Jacques DRYJARD DES GARNIER 159e R.I. Réserve
13e compagnie Lieutenant Maurice BECKE (arrivé le 24 mai) Sans affectation Territoriale
13e compagnie Sous-lieutenant Adolphe RONFORT (arrivé le 10 mai) 99e R.I. Active
13e compagnie Sous-lieutenant Louis MENISSIER 22e R.I. Réserve
Personnel 13e compagnie : 1 adjudant, 1 sergent-major, 1 sergent-fourrier, 7 sergents, 1 caporal-fourrier, 16 caporaux dont 1 infirmier et 252 soldats (total = 278)
Chef de la 14e compagnie Capitaine LAROCHE (arrivé le 21 mai) 99e R.I. Réserve
14e compagnie Sous-lieutenant CIVADE (arrivé le 21 mai) 99e R.I. Réserve
14e compagnie Sous-lieutenant Jules CHAVOT (adjudant-chef promu le 17 mai) 99e R.I. Réserve
14e compagnie Sous-lieutenant Philibert CHARPENEL (adjudant promu le 17 mai) 99e R.I. Réserve
Personnel 14e compagnie : 2 adjudants, 1 sergent-major, 1 sergent-fourrier, 7 sergents, 1 caporal-fourrier, 15 caporaux et 250 soldats
(total = 277)
Chef de la 15e compagnie Lieutenant Jean LEON 157e R.I. Réserve
15e compagnie Sous-lieutenant Aubin SILVESTRE (adjudant promu le 17 mai) 99e R.I. Réserve
15e compagnie Sous-lieutenant Charles DUC (arrivé le 24 mai) 75e R.I. Active
Personnel 15e compagnie : 2 adjudants, 1 sergent-major, 1 sergent-fourrier, 7 sergents, 1 caporal-fourrier, 16 caporaux et 252 soldats
(total = 280)
Chef de la 16e compagnie Lieutenant Jules ROZIER 159e R.I. Réserve
16e compagnie Lieutenant Eugène VANET (arrivé le 24 mai) Sans affectation Territoriale
16e compagnie Sous-lieutenant Charles DUMAS (arrivé le 10 mai) 99e R.I. Réserve
16e compagnie Sous-lieutenant Victor NEMOZ (adjudant promu le 17 mai) 99e R.I. Réserve
Personnel 16e compagnie : 2 adjudants, 1 sergent-major, 1 sergent-fourrier, 7 sergents, 1 caporal-fourrier, 16 caporaux et 251 soldats
(total = 279)
Effectif total : 18 officiers, 53 sous-officiers, 67 caporaux et 1035 soldats total = 1173

1 adjudant et 2 aspirants le 30 mai 1915 du dépôt de Vienne
Avec ces renforts, le BM est reconstitué avec une majorité de cadres issus de la réserve. Dès le 23 mai, un détachement de 375 hommes est envoyé pour les tranchées de 3e ligne et reviendra la 2 juin.
Le soir même, à 18 h., le BM du 99e R.I. est embarqué en camions à Récourt-le-Creux pour Rupt-devant-Saint-Mihiel.

6) Secteur devant Saint-Mihiel

Le 3 juin, à 18 h., le BM du 99e R.I. va relever le 34e R.I.C. dans le secteur des Hautes-Charrières, 2 compagnies sont en premières lignes, les 14e et 15e, les 2 autres sont en réserve. A droite, en liaison avec le 173e R.I. au Malinbois, à gauche avec le BM du 16e R.I. aux Paroches. En face du bataillon, il y a les redoutables casernes de Chauvoncourt où sont retranchées les allemands.
Le 10 juin au soir, le 357e R.I. remplace le BM du 99e R.I. qui revient à Rupt-devant-Saint-Mihiel.

7) Retour aux Eparges et la transformation en 3e bataillon du 328e R.I.

Le 13 juin, le BM du 99e R.I. s'embarque en camions à Pierrefite pour Belleville, il va être accolé au 328e R.I.
Le 16 juin, avec le 328e R.I. le BM occupe un secteur des Eparges en remplaçant un bataillon du 128e R.I. Depuis le début du mois d'avril, le secteur des Eparges n'est plus le théâtre de violentes attaques. Chacun s'est partagé le petit plateau et seule la guerre des mines anime le terrain.
C'est pendant ce séjour que le BM va avoir ses plus fortes pertes, surtout le 25 juin 1915 dans le ravin de Mongirmont. Une vingtaine de tués en 1 semaine de ligne.
D'ailleurs, le 28 juin, le BM est relevé par le 147e R.I. et retourne à Belleville
Le 30 juin, le BM du 99e R.I. est dissous et devient le 3e bataillon du 328e R.I.

Conclusion

Le bataillon de marche du 99e R.I. aura eu une existence courte, moins de 6 mois. Il est la traduction de l'état d'esprit du commandement français de l'année 1915 qui privilégiait l'emploi massif de troupe au détriment de l'économie des effectifs. Tous les soldats disponibles devaient aller au front quelque soit l'avancement de l'instruction. L'attaque à outrance limita la durée de vie de ces bataillons et la plupart avaient disparus dès juin 1915. Le BM du 99e RI ira au 328e R.I., celui du 16e R.I. au 201e R.I. etc...

7 mars 1915 Soldat Andéol MAYOUSSIER (14e cie) Blessé Lihons
8 mars Soldat Marius FERAUD (13e cie) Blessé Lihons
10 mars Soldat Victor SIMPLOT (14e cie) Blessé Lihons
10 mars Soldat Paul BLANCHET (13e cie) Blessé Lihons
11 mars Soldat Anselme CHARPENEL (15e cie) Blessé Lihons
20 mars Soldat Sylvain BLANC-MAPPAZ (14e cie) Tué Frise
21 mars Soldat Eugène CHAVAT (14e cie) Tué Frise
28 avril Soldat LASJAUNIAS, classe 1914 (15e cie) Tué Les Eparges
28 avril Soldat Jean BLANCHARD, classe 1912 (15e cie) Blessé Les Eparges
28 avril Soldat Paul AURENGE, classe 1914 (15e cie) Blessé Les Eparges
28 avril Soldat Paul MAGNOUX, classe 1914 (15e cie) Blessé Les Eparges
29 avril Soldat Elie NEGRE, classe 1914 (14e cie) Tué Les Eparges
29 avril Caporal Eugène MOROGE, classe 1914 (13 ecie) Blessé Les Eparges
29 avril Soldat Ernest FOUGERARD (13e cie) Blessé Les Eparges
29 avril Soldat Paul YVRIER (14e cie) Blessé Les Eparges
29 avril Soldat Henri BUISSIERE, classe 1909 (16e cie) Blessé Les Eparges
30 avril Sergent Marcel MARGRETHO, classe 1912 (14e cie) Tué Les Eparges
30 avril Sergent Alexandre WASSERSCHIED, classe 1906 (14e cie) Blessé Les Eparges
30 avril Soldat Casimir BRUN, classe 1914 (13e cie) Blessé Les Eparges
1er mai Soldat Honoré GUILLOT, classe 1901 (15e cie) Blessé Les Eparges
1er mai Soldat Marcel LISTARD, classe 1912 (16e cie) Blessé Les Eparges
1er mai Soldat Victorin HUMBERT, classe 1913 (16e cie) Blessé Les Eparges
6 mai Soldat Jean BLANCHARD, classe 1912 Mort Verdun
9 mai Soldat Joseph BOURGADE, classe 1910 Tué Les Eparges
22 juin Soldat Louis AILLOUD, classe 1914 Tué Les Eparges
24 juin Soldat Marius GRUMEL, classe 1910 Tué Les Eparges
25 juin Soldat Jean-Baptiste BERTAGNA, classe 1914 Tué Les Eparges
25 juin Soldat Jean-Louis CHEMIN, classe 1915 Tué Les Eparges
25 juin Soldat Marius CHIARI, classe 1913 Tué Les Eparges
25 juin Sergent Pierre MARTIN-MOREL, classe 1909 Tué Les Eparges
25 juin Soldat Pierre MEALLIER, classe 1907 Tué Les Eparges
25 juin Caporal Camille MICHAUD, classe 1915 Tué Les Eparges
25 juin Soldat Charles ROSTAING, classe 1907 (15e cie) Tué Les Eparges
26 juin Soldat Henri CHARVAZ, classe 1913 Tué Les Eparges
26 juin Soldat Félix Raymond GIRAUD, classe 1914 Tué Les Eparges
26 juin Soldat Jean POCHAT-BARON, classe 1911 Tué Les Eparges
27 juin Soldat Joseph JULIEN-BINARD, classe 1915 Mort Verdun
28 juin Soldat Alphonse LE JUEZ, classe 1915 Tué Les Eparges
28 juin Soldat Jean-Marie LONGET, classe 1911 Tué Les Eparges
28 juin Soldat Edouard TRON, classe 1914 Tué Les Eparges
29 juin Soldat Auguste SEIGNOBOS, classe 1909 Tué Les Eparges
2 juillet Soldat Auguste BEGOUD, classe 1912 Mort Verdun
28 août Soldat Eliacin MONTADE, classe 1915 (14e cie) Mort Vittel

Page d'accueil