Page d'accueil

2. La formation d'un soldat

Comme tous les jeunes soldats de la classe 1917, Lucien Pégon est d'abord affecté au 9e bataillon du 99e régiment d'infanterie. C'est une unité d'instruction sur laquelle je reviendrais. Appelé au début de janvier 1916, les soldats passaient un an dans ce type de bataillon avant de rejoindre le dépôt divisionnaire et ensuite, intégrer les compagnies de combat. Lucien Pégon, après un séjour au Centre d'instruction divisionnaire de la 28e division d'infanterie, rejoindra le 99e R.I. en juin où juillet 1917, recomplétant les compagnies dûrement éprouvées au Chemin des Dames. Son premier compte-rendu de relève date de juillet 1917.
Lucien apprend à se servir de plusieurs armes et à rendre compte de sa mission en établissant des plans et des croquis.
Ci-dessous, le certificat assure qu'il connaît bien les grenades à main, les grenades à fusil (appelées VB), le fusil-mitrailleur Chauchat, les mitrailleueses françaises Hotchkiss et Saint-Etienne et même la Maxim, mitrailleuse allemande que les français réutilisaient lorsqu'ils en capturaient. Enfin, le canon de 37 mm, qui était un petit canon destiné à détruire les blockhaus.