Page d'accueil

8. Linge, cuisine et corps franc

Les documents conservés par Lucien PEGON témoignent de l'absurdité du commandement qui mélangait des dispositions très rigides pour des détails et en même temps, faisait appel au courage des soldats pour des coups durs.
La constitution de corps francs a été un long débat à l'intérieur de la 28e division d'infanterie. Pour le commandant du 99e régiment d'infanterie, la mise en place de cette unité de volontaires pour des actions spéciales (appelées des coups de main à l'époque) est positive et un traitement spécifique doit être réservé aux hommes. Pour le chef du 22e régiment d'infanterie, une autre unité de la 28e DI, c'est aussi une innovation à soutenir. Par contre, le 30e régiment d'infanterie y est fermement opposé, considérant que n'importe quel poilu est capable de coup d'éclat et qu'il n'y a pas besoin de sélectionner un groupe d'assaut.
En juillet 1917, quelques jours après des troubles qui ont touchés plus particulièrement le 99e RI, le commandement veut remettre la main sur les hommes tout en laissant une marge de manoeuvre.

Note du 29 juillet 1917 pour la 2e section

Un disparu ?

1. Quelqu'un a-t-il connu le soldat JACQUEMOT classe 1913 disparu au cours de la campagne et rapatrié d'Allemagne ? L'envoyer au P.C. de la compagnie pour être interrogé par le capitaine.

La suite de la patrouille

2. Le sergent PEGON de la 1ère section accompagné des hommes qui composaient sa patrouille d'hier soir iront renforcer le réseau de fils de fer au point franchissable qu'ils ont constaté hier. Prendre du matériel près du P.C. de la compagnie.
Le travail commencera dès la tombée de la nuit.
Compte-rendu après le travail

Le linge étendu

3. a. Malgré les ordres donnés, le capitaine a constaté que du linge était étendu vers les cuisines.

Du bois sec

b. Le chef de section de la section des cuisines, veillera à ce que les cuisiniers n'emploient dans la journée, que du bois très sec, afin d'éviter que la fumée ne soit pas repérée par les avions.

c. Le colonel exige que soit observé constamment les prescriptions suivantes :
Les guetteurs doivent toujours avoir leur arme à la main, connaître parfaitement la zone du terrain à surveiller ainsi que les noms des points du terrain qu'ils ont à surveiller.
Le service de quart doit fonctionner non seulement de nuit, mais aussi de jour. (Indiquer dans les comptes-rendus, comment est établi le service dans les sections.)
Constamment dans les sections de ligne comme dans les fractions plus en arrière, hommes et gradés doivent avoir le casque et le masque (dans sa boîte).
Aucun planton ou homme isolé ne doit circuler sans arme.
Les corvées doivent se faire en ordre et en armes. Si la corvée ne peut être exécutée en armes, les hommes de corvée seront accompagnés par des hommes armés commandés par un gradé spécial.
Les cadres à tout échelon, doivent se pénétrer de ces exigences du colonel. Aucune négligence ne sera tolérée. Le colonel est décidé à sévir impitoyablement si les prescriptions ne sont pas exécutées. Le commandant de compagnie espère que rien ne se produira. Il est si facile d'exécter ce qui est prescrit.

4. Les sections de réserve et de soutien doivent me mentionner comme les autres sections, les travaux ou aménagements qu'elles ont exécutés.

5. Situation excellente ne signifie rien dans les comptes-rendus que je demande. Je croyais avoir expliqué dans des ordres précédents ce que j'entendais pas "situations". Je vise là, la 3e section.

6. L'adjudant MICHEL visitera le secteur de la compagnie cette nuit. Il emmenera avec lui le sergent CORNAND et deux de ses caporaux. Il laissera donc 1 caporal à la section et le caporal chargé de faire la patrouille habituelle de liaison. L'adjudant MICHEL ira trouver les chefs des sections de 1ère ligne qui le piloteront et lui donneront toutes les explications.

Des gamelles oubliées ?

7. Si au lieu de laisser abandonnés à Boulogne-la-Grasse, tant de campements, il y en auraient assez maintenant pour transporter les légumes qui sont touchés en quantité suffisante par la compagnie.

Des volontaires pour la mort ?

8. Les sections feront connaître par le compte-rendu de 3 heures le nom des volontaires pour la formation d'un corps franc. Il faut 1 gradé, 7 hommes plus 4 suppléants pour la compagnie. Un officier volontaire est demandé par le colonel.
En cas de défaut de volontaires, choisir des hommes dans les classes 1914, 15, 16, 17
Les chefs de sections indiqueront donc quelques noms même s'il existe des volontaires dans leur section.

Mot : Gambetta - Gerbéviller

Signé : DELATOUR

Emargement : CANTAGRILL